Loomio
Wed 15 Mar 2017 10:19AM

Quelle est la resssource ? Quel est le commun ?

PT Pierre Trendel Public Seen by 360

Voici la première question ! Par définition, un commun c'est une ressource autour de laquelle s'organise une communauté de contributeur selon certaines règles de gouvernance afin d'en garantir l'accès à tous et la pérennité dans le temps. Nous devons donc commencer par définir quel sera notre commun.

Notre base de travail c'est le nuancier. C'est un objet large, conséquent et sur certaines parties, très lié au travail de la 27e Région. Définir la ressource à partir de cet objet, c'est :
- Se demander quelle est la base commune la plus large au sein de ce corpus. Du point de vue usager, c'est se demander quelles sont les objets/ressources que nos utilisons tous (et pour lesquelles nous avons tout intérêt à mutualiser) à l'inverse de ce qui fait la spécificité du travail de chacun (ce qui créé de la valeur spécifique de projets). Si je prend l'exemple de Wikipedia (ou d'un glossaire, dictionnaire, etc..), nous avons tous en commun les définitions, mais nous avons chacun notre manière d'utiliser et de transmettre la connaissance.

  • Quelle forme rendra son accès et la contribution la plus facile possible ? L'échange et la mutualisation doit être un obstacle minimum à la participation (complexité conceptuelle ou technique). Aussi, la forme de ce qui est mis en commun doit être suffisamment bien "calibré" pour assurer un contribution facile et une homogénéité de ce qui est produit. On peut imaginer par exemple "limiter" la contribution à des fiches méthodologiques ou un format de texte ou vidéo, ou à des retours d'expérience, des déroulés de séquence pédagogique, etc...

  • Identifier le périmètre à court et long terme. Le nuancier dans sa totalité recouvre beaucoup de domaines et sujets. On pourrait par exemple faire le choix de se limiter à la question de l'immersion pour être très pragmatique. Ou présenter la ressource comme un commun dans sa totalité, mais présenter le travail comme un "work in progress" pour lequel on adresse dans un premier temps q'un premier "morceau". Lors de nos échanges avec Romain, nous avons utilisé la métaphore du chemin communal. Il traverse un certain nombre de propriété privé et chacun y autorise un accès à certaines conditions. Le nuancier est un chemin complet, relativement long, mais nous pouvons commencer à isoler certains segments qui seront traités individuellement pour au final les raccorder.

Donc si cela vous convient, voici les thèmes des échanges pour cette discussion :

  • Quelle(s) partie(s) du nuancier traitons-nous comme un commun (un module, un teinte, la totalité, etc...) ?
  • Quels sont les objets mis en commun et leur format (ressources, références inspirantes, module pour reprendre la terminlogie du nuancier, ou autres....) ? En pièce jointe, voici un exemple de ressource type que Romain propose comme support de contribution éventuel issus des Kits stagiaires Réenchantez l’action publique #0, #1 de la teinte 3.2.

Au fur et à mesure des échanges, nous tenterons de nous rapprocher des réponses à ces 2 questions de manière la plus claire possible pour les formuler sous forme de "propositions à voter" dans Loomio.

A votre disposition si besoin !
Bonne contribution !!

NG

Nadège Guiraud Fri 17 Mar 2017 7:59AM

Merci Pierre !
Il me semble sage en effet de tester d'abord la mise en commun du nuancier sur un "morceau". Peut-être un "chapitre" / ensemble de teintes (par exemple Ouvrir les possibles ou Repartir des usages) car les différentes teintes en leur sein sont souvent très liées et peuvent être envisagées dans une même séquence pédagogique ?
Spontanément, je dirais que la mise en commun pourrait porter sur les éléments de cadrage (finalités, compétences, savoir faire et savoir être) + les ressources et les références inspirantes, alors que la construction même des modules et formats relève plus de l'ingénierie propre à chaque formateur.
Voilà pour ma première réaction, à vous les micros !

EV

Emmanuel Vandamme Tue 28 Mar 2017 2:51PM

Bonjour à tous,
à mon avis, il faut que nous travaillions sur un périmètre qui recouvre des pratiques effectives des uns et des autres, afin que l'on ait de la matière à apporter, le chapitre "Ouvrir les possibles" me semble assez adapté, les questions d'immersions par exemple sont moins utilisées chez POP et nous aurions peu d'apport sur ce sujet
question formats, je verrais plutôt la mise en commun sur des "fiches recettes" ou fiches consigne simples, modulaires, dans un format standard, et facile à réutiliser, permettant de dissocier fond et forme (Markdown ?)
comme source d'inspiration ou de réflexion, je pense au projet http://www.multibao.org/ dont l'architecture technique (et ses implications stratégiques) est super intéressante puisqu'elle utilise GitHub, un outil destiné au départ à partager du code informatique

M

manu_loffice Thu 30 Mar 2017 1:03PM

Bonjour,

Après découverte du nuancier, puis échanges avec Pierre et Emmanuel la semaine dernière, voici deux remarques à propos du nuancier et de ses usages :

  • quelles utilisations puis-je en faire ? De prime abord la boite à outil est super intéressante dans sa logique « nuancée » - temporalisée pour une action d'accompagnement -, pour ses références, ses liens … Mais qu'autorise la licence CC ? Qu'est ce qui est exclu de l'utilisation commerciale ? Le nuancier ou les outils ? Puis-je l'utiliser si je fais une prestation d'accompagnement ? Si oui, à quelles conditions ? Quelles rétribution de la 27ème ?

A une seconde lecture, le nuancier n'« augmente » pas vraiment les outils que j'ai déjà dans ma boîte à outil. Pourquoi l'utiliser alors à la place de mes outils ? D'autant plus que dans mon travail je vais plutôt chercher à contextualiser les outils qu'à simplement les utiliser. Le nuancier ne m'aide pas à contextualiser. De plus, pour moi, il manque tout un pan d'outils de référence « éducation populaire » qui donne une dimension plus politique à mon travail aujourd'hui, en me référant à une idéologie plutôt qu'à une technicité. Et c'est ce que je cherche comme positionnement aujourdh'ui auprès des institutions. Même si évidemment me mettre en lien avec la 27ème et tout le travail politique et institutionnel mené ces dix dernières années est fondamental, pour affirmer une capacité à traiter du rapport gestionnaire/radical (Yves Citton) entre autre, m'inclure dans une communauté, un esprit ...

  • comment est ce que ce nuancier peut être un commun ?

Ca relève pour moi de la place que la 27ème prend, et de la question de la contextualisation des outils. De ce que la 27ème peut animer et représenter aujourd'hui.

Ce que j'appelle contextualisation est par exemple muséomix ou biblioremix : des outils de design adossés à une transformation de contexte de pratiques. Si les problématiques de changements de métiers des intermédiaires sont proches en terme politique (lutter contre l'ubérisation), en terme pratique, ce qui se passe dans un musée, sa fonction sociale, ou dans une bibliothèque n'est pas pareil. Idem pour un lieu d'accueil de jeunes, ou une ferme urbaine. La question des savoirs n'est pas la même que celle de l'alimentation ou des droits culturels. Même si, sur un territoire ces approches relèvent d'une dimension ecosystémique, reliées. Mais je serais bien incapable d'aborder l'ecosystème dans sa totalité.

Aujourd'hui j'utilise des outils développé par les designer, l'educ pop, les informaticiens ... pour élaborer des réponses contextuelles, avec les usagers directs de ces contextes, dans une logique de compagnonnage, de temps long. Pas à pas. Et j'ai plus besoin de travailler sur cette contextualisation que sur les outils eux-mêmes qui sont globalement plutôt bien référencés et développés.

Le commun pour moi serait alors un contexte : les musées, les bibliothèques, les lieux jeunesses … et la manière « politique » de les outiller pour être des intermédiaires publics au sein de notre société en mouvement.

Est ce que la 27ème aujourd'hui pourrait animer ces communs ?

Non plus des outils, mais des cadres de travail sur les intermédiaires.

Non plus des techniques comme des ressources.
Mais des contextes comme des ressources.
Non plus un nuancier d'outils, mais un espace ressource de formation, de séminaires, de workshops professionnels … financé par les intervenants.

Avec muséomix ? Avec les gens de biblioremix ? Avec wikimédia ? Framasoft ? Openstreet map ? Marion et simon sur la jeunesse ? Pierre sur la chambre des communs , l'office sur des questions de culture ? …

NG

Nadège Guiraud Fri 7 Apr 2017 8:21AM

Ouaou, que de bonnes questions !

C'est peut-être utile de rappeler le contexte de production du nuancier. Notre volonté première, à l'origine, était de contribuer à animer une discussion entre acteurs de la formation des agents publics (acteurs privés, mais aussi - surtout ?- publics : CNFPT, INET, ENA etc.), en vue de la mutualisation et de la co-production de formats de formation au "design des politiques publiques" (au sens large).
Clairement ça n'a pas marché, les acteurs n'étant pas prêts à ce travail de réflexion et de production partagées. Mais on a voulu aller au bout de l'essai, en mettant sur le papier ce qui pourrait être la base, le cadre général de cette réflexion, et en commençant à inventorier des ressources utiles, sans prétendre à l'exhaustivité bien sûr.
La licence CC porte bien à ce stade sur l'objet "nuancier" (l'architecture générale), pas sur son contenu (les exemples de formats, les outils, les sources d'inspiration ...).

L'idée initiale n'était donc pas de produire une nouvelle boîte à outils pour accompagner des projets de transformation, mais plutôt de proposer une vision d'ensemble sur la formation des agents, en donnant des exemples des formes que pourraient prendre les différentes "briques" identifiées. Avec bien sûr l'idée que certaines compétences et certains savoirs ne peuvent s'acquérir qu'à l'épreuve du terrain (formation-action), mais l'objectif de formation primant sur celui du projet (la production de solutions, services etc., "l'élaboration de réponses contextuelles" pour reprendre les mots d'Emmanuel).
C'est peut-être illusoire ou artificiel de distinguer les deux dans nos pratiques, mais cela répondait à ce moment là à une volonté de changer d'échelle, d'accélérer la diffusion et la généralisation de ces approches via la formation des agents.

Voilà pour les précisions sur la genèse du nuancier, ça n'enlève rien à la pertinence des questions d'Emmanuel, qui rejoigne celles qu'on se pose souvent à la 27e Région et avec la communauté sur notre rôle (labo ? porte-parole ? lobbyiste ? syndicat ? apporteur d'affaires ?) et notre relation avec les "praticiens" (plus structurée ? plus formalisée ?)

EV

Emmanuel Vandamme Fri 7 Apr 2017 10:27AM

il y a (au moins...) 2 sujets qui pour moi ressortent de ces échanges et qui me semblent intéressants à creuser :
- nuancier = outil de contextualisation ET/OU nuancier = boîte à outil
- articulation entre éducation populaire / design / méthodes agiles (héritées de l'informatique) ou entre les figures de l'animateur social / du designer / de l'ingénieur "numéricien", et peut-âtre aussi celle du consultant -> des discussions déjà esquissées lors de journées au vert de la 27ème, avec des enjeux de métiers, de postures, parfois de territoires, et des réflexions à avoir sur les convergences et les dépassement de frontières

NG

Nadège Guiraud Fri 7 Apr 2017 1:29PM

J'ajouterais (pour synthétiser mon propos précédent, un peu long je vous l'accorde ;-) : nuancier = outil pour faire du projet ET/OU outil pour former des agents (et/ou d'autres publics : citoyens, assos ...)

PT

Pierre Trendel Wed 12 Apr 2017 12:47PM

Bonjour et merci pour ces échanges !!

Si j'essaye de résumer pour en faire une proposition et avancer sur le point suivant (qui rendra les choses plus concrètes je pense) :

Notre commun, c'est une boite d'outils et de contextes utilisables pour produire des scénarios pédagogiques de changements?/transformations?/innovations? de l'action publique.

Je pense que la fonction "boite à outil", si "banale" soit-elle mérite quand même d'être présente dans le commun, car si on utilise tous des outils plus ou moins proche, la capitalisation de nos actions mutualisées dans ces productions leur donnera surement plus de consistance et de crédibilité. Qui plus est c'est une porte d'entrée aisée pour les futurs contributeurs.
Mais c'est effectivement la notion de contexte qui permet d'en faire quelque choses de plus pertinent et qui positionne le commun avec plus de force et de cohérence dans notre vision partagée de l'innovation publique.
Je propose sinon le mot "scénario pédagogique" pour couvrir à la fois les aspects relevant purement de la formation et ceux plus proche de la mise en oeuvre ou de la formation-action.
La terminologie à ce stade me semble importante pour partager sur la suite avec d'autres.

Cela nous fait un objet distinct du nuancier auquel on pourra évidemment faire référence pour donner l'origine et la vision globale à l'origine du nuancier.

Du coup, je vous propose d'avancer dans le fil suivant sur la question concrète de la forme des contributions, c'est à dire, un fiche "outil" type, qu'est-ce qu'un contexte et comment le décrire, et les formes de scénarios pédagogiques que l'on peut en tirer (et qui sera en gros la matière à même de générer la valeur du commun).

PT

Poll Created Wed 12 Apr 2017 12:52PM

Définition du commun et de la ressource Closed Fri 14 Apr 2017 3:01PM

Notre commun, c'est une boite d'outils et de contextes utilisables pour produire des scénarios pédagogiques de transformation de l'action publique.

Les ressources sont donc :
- Des fiches outils/méthodes
- Des contextes d'usages
- Des scénarios pédagogique mettant en oeuvre les outils au sein des contextes

Results

Results Option % of points Voters
Agree 100.0% 1 PT
Abstain 0.0% 0  
Disagree 0.0% 0  
Block 0.0% 0  
Undecided 0% 6 PB M EV S NG R

1 of 7 people have voted (14%)

PT

Pierre Trendel
Agree
Wed 12 Apr 2017 3:35PM

:-)